«La broderie commence un jour par l’envie de prendre l’aiguille…»

 

Un jour je suis allée dans une bibliothèque pour commander un livre.

En l’attendant, la bibliothécaire m’a donnée un magazine. « Handarbeiten », c’est un magazine allemand de loisirs créatifs manuels. Je suis donc partie à la découverte de motifs simples, beaux et bien faits qui transformaient les objets sur lesquels ils reposaient.

En revenant une semaine plus tard, je lui demandai les éditions des années précédentes. Je les ai toutes parcourues, en les dévorant des yeux. Ensuite, je me suis acheté des aiguilles, des fils et je me suis mise à broder. Le début était peu encourageant, assez maladroit, cela froissait de partout. Mais le plaisir de la pratique était déjà là. Dorénavant la broderie me suit tel un fidèle compagnon, elle m’a offert des heures de sérénité, de torture, de satisfaction et l’envie de continuer.

Photos: Arthur. Podnieks